Haiti’s Cholera Spreading, Money Grubbing, United Nations Plague

If the United Nations caused 10,000 deaths and 700,000 cholera infections after Haiti’s January 12, 2010 disastrous earthquake, then it stands to reason that a continued association with the UN after six years of inaction on the cholera, plus the ravages of Hurricane Matthew, could only lead to more Haitian deaths.

Former UN Secretary General, Ban Ki-moon, flew over the city of Aux Cayes, in southern Haiti on Saturday, October 16, 2016, and he visited a high school where some people are sheltered. The wet mattresses from Hurricane Matthew had hardly dried before Mr. Ban Ki-moon and his associates began to plot for the UN to prolong its mandate in Haiti. The UN was due to leave in six months, now it will be a year. There should be no more need for a UN force, now that it has trained about 16,000 Haitian police as its replacement. There is, however, money in cholera and rigged elections. As journalist Kim Ives predicted, the pretext put forward by the UN is that it will need to stay until Haiti elects its next government. The hurricane has caused the postponement of Haiti’s first-round presidential elections and some legislative elections to November 20, 2016. These will be a retake of the rigged elections of 2015 that were financed mostly by the United States through the UN Development Programme (UNDP).

Only two months ago, Ban Ki-moon was beginning to act contrite for exacerbating the effects of the earthquake by plaguing the island nation with cholera. Together with his UN Special Envoy, Bill Clinton and then Secretary of State Hillary Clinton, he had prevented a representative government from burgeoning and burdened Haiti’s fragile infrastructure with thousands of UN troops and police from Southeast Asia, where cholera is endemic. Mr. Ban Ki-moon acknowledged in mid-August 2016 that Nepalese troops had infected Haiti and attributed this admission to a report on August 8 from UN advisor Philip Alston, a professor of law at New York University.

This sudden reversal, after years of refusal to take responsibility for the cholera, was most likely occasioned, not by Alston’s report, but by my article on January 8, 2016. This article revealed to the general public that, even while the UN successfully fought two lawsuits by Haitians, it was infecting Haiti yet again, after 2012, with cholera from Bangladesh. Having closely followed the scientific literature on cholera, I reported the news that Dr. Andrew Camilli’s team at Tufts University had discovered a cholera virus called ICP2 in Haitian patients that could only have accompanied cholera bacteria in the untreated wastes of Bangladeshi UN police. The first group from Bangladesh for the force, an all-female unit, joined the UN police contingent in Haiti in 2012. Alston’s report also stated that sanitation at the UN bases in Haiti had remained shoddy even after 2010. In my view, the AP story on this report in the New York Times, which pretended to be critical of the UN, was nothing but a cynical preparation of the public opinion for the news that additional cholera strains from Bangladesh currently exist in Haiti.

As of this writing, UN missions have infected at least eight other countries with cholera. They are: the Democratic Republic of the Congo (DRC), Darfur, South Sudan, Mali, Central African Republic (CAR), Ivory Coast, Liberia, and Abyei. In addition, the UN has always lied about the cholera in Haiti.

In 2010, the UN was first to learn that it had infected Haiti with Vibrio cholerae from Nepal, but it kept quiet about it. The initial cholera infections in Haitians appeared five days after 1,280 Nepalese troops were returned to Haiti from training in Kathmandu plus a 10-day home leave throughout Nepal in the midst of a cholera epidemic. In Haiti, the soldiers were set up in three camps from which their untreated wastes were dumped in waterways that fed the Artibonite River. This contamination amounted to more than one bathtub of pure choleric waste with billions to trillions of cholera bacteria per liter being dumped into the river! Without this, the cholera bacteria in the Artibonite would never have reached the concentrations to kill residents downstream of these camps within hours. It is almost certain that several Nepalese troops became violently ill on base and that the UN plus the medical personnel who treated the troops, probably from the nearest hospital in the city Mirebalais, have covered up these events.

Immediately after the onset of the epidemic, the UN began to clamor for money and for oral cholera vaccines via its Pan American Health Organization (PAHO). As part of a study to develop vaccines against the cholera, the UN demonstrated to itself conclusively, well before any other molecular genetics studies, that the cholera in Haiti was identical to cholera from Nepal. This work was done by a UN researcher who reported it to Dr. Dong Wook Kim at the International Vaccine Institute, in South Korea. The UN also kept this secret to itself. Incidentally, South Korea, which is also involved in Haiti’s sweatshop complex at Caracol, happens to be the country where Ban Ki-moon originates.

The nightmare is upon us again. One week after Hurricane Matthew, the UN’s World Health Organization (WHO) donated one million doses of oral cholera vaccines to Haiti, although the Haitian government had instead asked for help with infrastructure to provide clean drinking water to the population. The vaccines represent a gold rush for Deputy UN Special Envoy Paul Farmer’s NGO Partners in Health (PIH), which will get paid to administer the vaccines. As in 2010, the mainstream media, especially The Guardian and NPR, are vigorously promoting vaccines and functioning as bullhorns for the Bill and Melinda Gates Foundation, which has financed, not only the development of the oral cholera vaccine at the International Vaccine Institute but also its manufacture under the name Shanchol by a subsidiary of the French pharmaceutical giant, Sanofi Pasteur.

The current promotion of oral cholera vaccines is a deceitful campaign motivated by pure greed. Vaccination against cholera in Haiti right now is worse than useless. First, even inefficacious vaccines are risky, because the vaccines used on people in the Third World usually contain 6 to 30-fold higher concentrations than the WHO upper limit of thiomersal, a mercury-based preservative that might be linked to autism. Secondly, no one knows which cholera bacteria are in Haiti! The cholera strain identified six years ago has now changed to the point where vaccines manufactured against it will not work at all. These vaccines will certainly be absolutely useless against the strains of cholera from Bangladesh. Finally, even under the best circumstances, when Shanchol is designed and used against a cholera with recently sequenced DNA, protection is poor to nonexistent.  A field trial in Bangladesh in 2011 found that the vaccine conferred only 45 percent protection in all age groups after one year, including only about 17 percent protection in children under five, who are those most likely to die from cholera. The results published in 2015 for a field trial in Haiti, passing as a vaccination and poorly monitored, claimed 57 percent protection after one year, but only people older than 12 were inoculated.

Haitian authorities should be further advised that some of the supposed vaccinations might actually be drug trials for new vaccines. This would be nothing short of experimentation on Haitians as a large field laboratory. A number of microbiologists based in the Boston area, at Harvard and Tufts Universities, have developed and patented several vaccines against cholera. Most vaccines are meant ultimately for the US army, which is their biggest market, but they are usually tested on poor brown people in places like India, Bangladesh, Mexico, and Haiti. When they are, it is often without regard for the Declaration of Helsinki ethical guidelines, which should govern such field trials, and the vaccine formulations and methods of preparation for Third World people are always cheaper and riskier than those for US army personnel.

After 12 years of rapes, murders, massacres, child trafficking, and epidemics, it is evident that the UN mission (MINUSTAH) in Haiti is an army of military occupation for the US, France, and Canada, with all the attendant implications. The UN has had six years to get rid of a cholera epidemic that could have been eradicated in months with proper epidemiological surveillance, care, and the provision of clean water. Instead, the UN-associated medical non-governmental organizations (NGO) like PIH and Medecins Sans Frontieres (MSF) have achieved a completely unacceptable 1.4 percent mortality rate from a non-lethal disease that can be treated with simple rehydration. By contrast, Cuban health workers in Haiti typically get mortality rates of 0.1 percent or less. At this point, the best thing the UN can do for Haiti is remove itself and pay for its crimes with the funds to repair the country’s wastewater-treatment and potable-water infrastructure. Much of this was destroyed, not by natural disasters but by sabotage since 2010.

As Ban Ki-moon’s convoy traveled in Aux Cayes for his public relations tour on October 16, angry Haitians shouted at the UN trucks, “Get out of here! And take your food and water with you!” Things being as they are with the mainstream press, the AFP/France 24 translator reported instead that the irate Haitians, who were in return attacked with tear gas by UN troops, had demanded food. In a speech later that day, Ban Ki-moon said he was “disappointed by the response of the international community” that has donated only $15 million of the $120 million he had requested. I believe it is $15 million too many. Nevertheless, I salute the international community for becoming wiser to the UN. More than anything, I salute the ordinary, supposedly uneducated, Haitians who instinctively know that the name for those who would accept water and vaccines from an occupying army is: deceased.

Editor’s NotesDady Chery is an associate professor in the biological sciences, a journalist, and the author of We Have Dared to Be Free: Haiti’s Struggle Against Occupation. Photographs one, seven, and eight from the archive of CDC Global; photographs five, six, eleven and twelve by Carsten ten Brink. This article is also available in French.

 

Dady Chery interview with Radio Sputnik. Cholera: The UN is taking advantage of the current situation in Haiti

 

Dady Chery and Utrice Leid talk on Leid Stories about the cholera in Haiti and the recent ‘gift’ of vaccine from the UN/WHO (starts at 30 min)

 

Haïti: La propagation du choléra et la quête de l’argent par l’ONU

Par Dady Chery

Les Nations Unies ont causé 10 000 décès et 700 000 infections de choléra après le tremblement de terre désastreux d’Haïti du 12 Janvier 2010. Dans ce contexte c’est logique qu’une association continue avec l’ONU, après six ans d’inaction sur le choléra, suivie par les ravages de l’ouragan Matthew, ne pourrait qu’entraîner encore plus de décès.

L’ancien Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon, a survolé la ville d’Aux Cayes, au sud d’Haïti le samedi, 16 Octobre 2016. Il a ensuite visité un lycée où des réfugiés étaient abrités. Les matelas mouillés par l’ouragan Matthew étaient à peine secs quand M. Ban Ki-moon et ses associés commençaient à planifier le prolongement du mandat de l’ONU en Haïti. L’ONU devait partir de l’île dans six mois; ces six mois sont devenus une année. Maintenant que l’ONU a formé environ 16 000 policiers haïtiens, il n’y a plus besoin d’une force des Nations Unies. En dépis de tout cela, il y a une mine d’or dans le choléra et les élections truquées. Comme l’avait projeté le journaliste Kim Ives, le prétexte mis en avant par l’ONU est qu’elle devrait rester jusqu’à l’instauration du nouveau gouvernement haïtien. L’ouragan a forcé un délai jusqu’au 20 Novembre 2016 du premier tour des élections présidentielles et de certaines élections législatives. Ces élections remplacent les élections de 2015, qui étaient frauduleuses et financées principalement par les Etats-Unis à travers le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Il y a deux mois, Ban Ki-moon commença à agir contrit pour avoir exacerber les dégâts du tremblement de terre en affligeant le choléra en Haiti. Avec son Envoyé Spécial de l’ONU, Bill Clinton, et la Secrétaire d’Etat américaine de l’époque, Hillary Clinton, Ban Ki-moon avait empêché un gouvernement légitime d’être élu et avait crée un fardeau pour l’infrastructure fragile d’Haïti avec des milliers de soldats de l’ONU venant de l’Asie du Sud-Est où le choléra est, par ailleurs, endémique. Ban Ki-moon a finalement reconnu à la mi-Août 2016, que les troupes népalaises avaient infecté Haïti et a attribué cette admission à un rapport du 8 Août d’un conseiller de l’ONU, Philip Alston, qui est professeur de droit à New York University.

Cette volte-face abrupte, après des années de refus d’accepter la responsabilité de l’ONU pour le choléra, a été probablement causé, non pas par le rapport d’Alston, mais par mon article du 8 Janvier 2016. Cet article a informé le public que, tandis que l’ONU combattait avec succès deux procédures légales par des victimes haïtiennes du cholera, les troupes de l’ONU infectaient Haïti encore une fois, après 2012, avec des souches de choléra, cette fois ci en provenance du Bangladesh. Ayant suivi de près les études scientifiques sur le choléra, j’ai donné au public la nouvelle que l’équipe du Dr Andrew Camilli de l’Université Tufts avait découvert un virus appelé ICP2 chez des malades haïtiens. Ce virus avait accompagné des cholérae dans les écréments non traités des soldats du Bangladesh. Le premier groupe de ces soldats, une unité entièrement féminine, avait rejoint le contingent de police de l’ONU en Haïti en 2012. Le rapport d’Alston a également déclaré que l’assainissement sur les bases de l’ONU en Haïti était restée inacceptable bien après 2010. À mon avis, l’article de l’AP sur ce rapport, publié dans le New York Times et prétendant critiquer l’ONU, n’était en fait qu’une préparation cynique de l’opinion publique pour la nouvelle que d’autres souches de choléra en provenance du Bangladesh existent en Haïti.

A ce jour, les missions des Nations Unies ont infecté mondialement au moins huit autres pays avec le choléra. Il s’agit de la République Démocratique du Congo (RDC), Darfour, le Soudan du Sud, le Mali, la République Centre Africaine (RCA), la Côte-d’Ivoire, le Liberia, et l’Abyei. En outre, l’ONU a toujours maintenu ses mensonges sur le choléra en Haïti.

En 2010, l’ONU était la première à savoir qu’elle avait infecté Haïti avec une souche de Vibrio cholerae en provenance du Népal, mais l’institution était restée bouche cousue sur la question. Les premières infections haïtiennes de choléra étaient apparues cinq jours après que 1 280 soldats népalais étaient retournés en Haïti après leur entraînement à Katmandou, puis un congé de 10 jours chez eux à travers le Népal, en plein milieu d’une épidémie de choléra. En Haïti, les soldats ont été placé dans trois camps à partir desquels leurs matières fécales non traitées ont été déversé dans les cours d’eau affluents de la Rivière Artibonite. Cette contamination s’élevait à plus d’un mètre cube de déchets cholériques à l’état pur contenant des milliers de milliards de bactéries de choléra par litre étant déversés dans la rivière! Sans cela, les cholérae dans l’Artibonite n’auraient jamais atteint les concentrations capables de tuer les résidents en aval de ces camps en l’espace de quelques heures. Il est pratiquement certain que plusieurs soldats népalais étaient devenus extrêmement malade dans les camps et que les Nations Unies, ainsi que le personnel médical traitant les troupes, probablement de l’hôpital le plus proche dans la ville de Mirebalais, avaient camouflé ces événements.

Dès le début de l’épidémie, l’ONU avait commencé à réclamer de l’argent et à promouvoir les vaccins anticholériques oraux par son Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS). Dans le cadre d’une étude visant à développer des vaccins contre le choléra, l’ONU a démontré elle-même, de façon concluante, bien avant d’autres études de génétique moléculaire, que le choléra en Haïti était identique au choléra du Népal. Ce travail a été effectué par un chercheur de l’ONU qui a fait savoir ses resultats à Dr. Dong Wook Kim de l’International Vaccine Institute, en Corée du Sud. L’ONU était restée muette sur le sujet. Par ailleurs, et ce n’est surement pas une coincidence, la Corée du Sud, qui est également impliquée dans les ateliers de misère à Caracol, est aussi le pays de Ban Ki-moon.

C’est un cauchemar qui revient comme un boomerang. Une semaine après l’ouragan Matthew, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), une filiale de l’ONU, a fait don d’un million de doses de vaccins anticholériques oraux à Haïti, bien que le gouvernement haïtien avait plutôt demandé de l’aide avec l’infrastructure pour fournir de l’eau potable à la population. Les vaccins représentent une ruée sur l’or pour les ONG partenaires de l’ONU, y compris Partners in Health (PIH), qui était fondé par l’Envoyé Spécial Adjoint de l’ONU en Haïti, Paul Farmer, et qui sera ainsi payé pour administrer les vaccins. Comme en 2010, les médias traditionnels, en particulier The Guardian et NPR, encouragent vigoureusement les vaccins et fonctionnent comme les hauts-parleurs de la Fondation Bill et Melinda Gates, qui a financé, non seulement le développement du vaccin oral contre le choléra à l’International Vaccine Institute, mais aussi sa fabrication sous le nom Shanchol par une filiale du géant pharmaceutique français, Sanofi Pasteur.

La promotion actuelle des vaccins anticholériques oraux est une campagne trompeuse qui est motivée par le profit à l’état pur. La vaccination contre le choléra en Haïti est en ce moment plus qu’inutile, elle est néfaste. En premier lieu, même les vaccins inefficaces présentent des risques, parce que les vaccins utilisés sur les personnes dans le tiers monde contiennent généralement des concentrations 6 à 30 fois plus élevées que la limite supérieure de l’OMS de thiomersal, un conservateur à base de mercure qui probablement est lié à des cas d’autisme. En deuxième lieu, on ne sait pas quelles bactéries de choléra se trouvent en Haïti! La souche de choléra identifiée il y a six ans a muté au point où les vaccins fabriqués contre elle ne fonctionneraient pas du tout. Ces vaccins seraient certainement absolument inutiles contre les souches de choléra en provenance du Bangladesh. Enfin, même dans les meilleures circonstances, lorsque Shanchol est conçu et utilisé contre un choléra avec l’ADN récemment séquencé, la protection est minime, voire inexistante. Un essai sur le terrain au Bangladesh en 2011 a révélé que le vaccin a produit seulement 45 pour cent de protection dans tous les groupes d’âge après un an; pour les enfants de moins de cinq ans, ceux qui sont les plus susceptibles de mourir du choléra, la protection fournie par le vaccin était  seulement aux environs de 17 pour cent. Selon des résultats publiés en 2015 après un essai sur le terrain en Haïti, qui passait pour une vaccination et était mal surveillé, la protection était à 57 pour cent après un an, mais seules les personnes âgées de plus de 12 ans avaient été inoculés.

Les autorités haïtiennes devraient être davantage informées que certaines des vaccinations supposées pourraient effectivement être en fait des essais médicamenteux pour des nouveaux vaccins. Ce serait un traitement à peine deguisé des Haïtiens comme des rats de laboratoire. Un certain nombre de microbiologistes basés dans la région de Boston, à Harvard et Tufts universités, ont développé et breveté plusieurs vaccins contre le choléra. La plupart des vaccins sont destinés en fin de compte à l’armée américaine, qui est leur plus grand marché, mais ils sont généralement testés sur les pauvres à la peau sombre dans des endroits comme les Indes, le Bangladesh, le Mexique et, bien sûr,  Haïti. Quand ils le sont, c’est souvent sans tenir compte des principes éthiques de la Déclaration d’Helsinki qui doivent régir ces essais sur le terrain, et aussi du principe d’Hippocrate. Les formulations et les procédés de préparation des vaccins pour les gens du tiers-monde sont toujours moins chers et plus risqués que ceux pour les soldats américains.

Après 12 ans de viols, de meurtres, de massacres, de la vente d’enfants, et des épidémies, il est évident que la mission de l’ONU (MINUSTAH) en Haïti est une armée d’occupation militaire pour les Etats-Unis, la France et le Canada, avec toutes les conséquences qui en découlent. L’ONU a eu six ans pour se débarrasser d’une épidémie de choléra qu’elle a importé et qui aurait pu être éradiquée en quelques mois par une surveillance adéquate épidémiologique, les soins, et de l’eau propre. Au lieu de cela, les organisations médicales non-gouvernementales (ONG) associées aux Nations Unies, comme Partners in Health (PIH) et Médecins Sans Frontières (MSF), ont atteint un taux de mortalité de 1,4 pour cent. Cela est tout à fait inacceptable pour une maladie non mortelle qui peut être traitée par une simple réhydratation. En revanche, les médecins et infirmiers cubains en Haïti obtiennent généralement des taux de 0,1 pour cent ou moins de mortalité. À ce stade, la meilleure chose que l’ONU puisse faire pour Haïti est de se retirer du pays et de payer pour sa longue liste de crimes avec du financement pour réparer l’infrastructure du pays: à savoir, le traitement des eaux usées et la provision de l’eau potable. Une grande partie de ces infrastructures ont été détruites, non pas par des catastrophes naturelles ou de la negligence, mais par un sabotage delibéré depuis 2010.

Tandis que le convoi de Ban Ki-moon voyageait Aux Cayes pour sa tournée des popottes et de relations publiques le 16 Octobre, des Haïtiens en colère hurlaient aux camions de l’ONU, “Foutez le camp d’ici! Et prenez votre nourriture, votre eau et votre merde avec vous!” Les choses étant telle qu’elles le sont avec la presse, le traducteur de l’AFP / France 24 affublait que la colère des Haïtiens, attaqués avec des gaz lacrymogènes par les troupes de l’ONU, provenait de leur exigence de nourriture. Dans un discours ultérieurement, Ban Ki-moon a dit qu’il était “déçu par la réponse de la communauté internationale” qui a fait don de seulement $15 millions des $120 millions qu’il avait demandé. Je crois que c’est $15 millions de trop. Néanmoins, je salue la communauté internationale pour devenir plus conscient des manigances de l’ONU. Plus que tout, je salue les Haïtiens soi-disant non-éduqués, qui savent instinctivement que ceux qui acceptent l’eau et les vaccins d’une armée d’occupation sont des morts vivants.

Sources: Dady Chéry est professeur en sciences biologiques, journaliste, et l’auteur du livre We Have Dared to Be Free: Haiti’s Struggle Against Occupation.

 

Share

2 Responses to Haiti’s Cholera Spreading, Money Grubbing, United Nations Plague

  1. -1 Vote -1 Vote +1Donnelle
    October 17, 2016 at 8:28 am

    And what about the Clinton Foundation?

    • Dady Chery
      +1 Vote -1 Vote +1Dady Chery
      October 17, 2016 at 9:44 am

      Bank Ki-moon was the UN Secretary General from 2007 to 2016, almost the entire time a UN military mission illegally occupied Haiti principally on behalf of the US, Canada, and France. The idea for an occupation mainly by Latin American troops via the UN came from Bill and Hillary Clinton. It is unclear what Ban Ki-moon got for it and whether he has connections to the Clinton Foundation. He was quite happy, however, for the UN to come under Clinton’s IHRC in 2010-11. As noted in the article, Ban Ki-moon is South Korean, and South Korea is benefiting from oral cholera vaccine development and at least one sweatshop complex in Haiti. Whether he or his family members have financial ties to these concerns is anyone’s guess. One thing for sure, with the UN being a thoroughly corrupt organization, people don’t usually rise to its top by being boy scouts.

You must be logged in to post a comment Login